en   fr   de   ro   es   it
  
     Username:  Password:  

registerforgot password?

Wednesday, 2 September 2015
Browse by artists Browse
LAST  Advertisements
LAST  Last Queries

 


Listen Etage noir


Lyrics

Gargoyle Waiting (...And You Will Know Us By The Trail Of Dead)

You're a gargoyle, on this building top.
With your teeth bared, and your claws sharp and ready.
You have seen me, walking, in hatred,
With the sidewalks wet, beneath my feet.
In winter, the trees loom above,
In december, are you trouble prone?
In december, hatred.
In winter, hatred.

A dark shadow, reigns this night,
My eyes shadow, with conviction,
In all noir, you descend,
You go for the kill,
In all noir,
In all noir, you descend,
In all noir, you go for the kill,
In all, noir,
In all noir, you descend,
A dark shadow, reigns this night,
My eyes shadow, with conviction

http://www.getalyric.com

L'ère Glacière (Les Trapettistes)

On va enfin pouvoir errer pieds nus
Un brin d'herbe au coin d'la bouche
Avoir par le soleil la peau mordue
Souffrir sous la douche.

A la campagne on a envie d'amants
Le cochon s'ins' truie
La chèvre bouc' quine évidemment
Le coq joue aux poules, et oui ! !

Soudain l'air est à nouveau embaumé
L'odeur de l'herbe fraich'ment coupée
Ce parfum qui sent la flemme
Mais par dessus tout j'aime.

Le vent qui danse avec les champs de blé
Les dessins dans les nuages
Et cette odeur de route mouillée
Des soirs d'orages.

Refrain : Voilà le retour de l'été
Quand l'hiver a fondu
Que les murs des maisons
Lézardent au soleil
On s'dit en allant au boulot
" Je m'tire ou je pointe "
C'est le retour de l'ère glacière
Des pique-niques au bord de la rivière.

En provence, le soleil qui vous assomme
Donne des envies d'apéro
Des grands trous dans la couche d'eau jaune
Trous noirs dans l'cerveau.

On se laisse repousser le bob
Les jours de pétanque
On redevient travaillophobe
Au fond des calanques.

Les barbecues sont de retour enfin
Tout droit d'Afrique après un long voyage
Ils viennent se poser dans les jardins
Des merguezophages.

A Paris pour s'consoler quand on est trop
Loin d'la lavande et des cigales
On prêt' l'oreille dans l'métro
Au chant des tziganes.

Refrain

Mais pour certains le retour du soleil
Rime avec désolation
Douleur d'un' vieill' plaie qui s'réveille
Funeste saison.

J'ai vu des inconditionnels du ski
Les deux pieds dans l'congélo
Des manteaux d'fourrure dans des penderies
Qui crevaient de chaud.

J'ai vu des profs déboussolés
Faire cours à des ânes par désespoir
Et quelques escargots baver
Devant un arrosoir.

Refrain




By Darksith

Stand The Ghetto (Bernard Lavilliers)

Si tu danses reggae
Si tu danses reggae
Tu balances reggae
Sans défense reggae
S'est spécial reggae
Infernal reggae
Ça commence à cogner
Comme un cœur régulier

I and I love the island in the sun
I and I know when and where I go
But it is so hard to feed my kids
But it is so hard to stand the ghetto

Tout l'monde danse, tu te traînes
Tout l'monde fume et tu bois
Downtown, ça enchaîne
Dans les rhumbars en bois
Quand ça cause le reggae
Ça explose reggae
C'est le seul reggae
Qui déboule reggae

I and I love the island in the sun
I and I know when and where I go
But it is so hard to feed my kids
But it is so hard to stand the ghetto

Derrière les barbelés
Trois rangés bien gardées
Ils attendent de crever
De sortir de braquer
Pour le flingue dans ta poche
T'es coincé à gun court
Jusque-là le reggae
Viendra t'réveiller

I and I love the island in the sun
I and I know when and where I go
But it is so hard to feed my kids
But it is so hard to stand the ghetto

Elle est noire et dorée
Elle est belle à crever
Regarde-la marcher
Et danser son reggae
Fait trop chaud pour chanter
Fait trop soif pour noter
Trop beau pour t'expliquer
Ce qui s'passe dans l'reggae

I and I love the island in the sun
I and I know when and where I go
But it is so hard to feed my kids
But it is so hard to stand the ghetto

Si Pour Vivre (Marabu)

Même, même si c'est de plus en plus noir
que les fusils ne font pas de bruit,
Et que la terre perd du terrain,
Que la moitier du monde s'ennui,
Et quand,quand l'oracle se sera tue,
Yaura juste la guerre au nouvelle
Qu'on protégera les fleur du ciel
Et seront mort ceux qui auront cru

Refrain

Si pour vivre faut etre fou
enfermer moi n'importe ou

Et si,si les enfants se font une fin
si l'eau des lac tue les poisson
Sera 100 ans si ont tiens bon sans avoir du sans sur les main
Et si,si pour aimer faut qu'on y crois je passerai ma vie avec toi
...avec toi

Refrain

si pour vivre faut etre fou
enfermer moi n'importe ou
Si pour la paix il faut la guerre
emmener moi mourrir ailleur

Si pour vivre faut etre fous enfermer moi n'importe ou
si pour la paix il faut la guerre
emmener moi mourrir ailleur

ohohohouohohohohhoohohoooohohoooo

si on confit la terre au grand
Les tueurs resteront president

si pour vivre faut etre fou
enfermer moi n'importe ou
si pour la paix il faut la guerre
emmener moi mourrir ailleur...

La chauve-souris (Thomas Fersen)

Une chauve-souris
Aimait un parapluie
Un grand parapluie noir
Découpé dans la nuit
Par goût de désespoir
Car tout glissait sur lui
Une chauve-souris
Aimait un parapluie {2x}

Elle marchait au radar
Le sommeil l'avait fuie
Elle voulait s'mettre à boire
Se jeter au fond d'un puits
Une chauve-souris
Aimait un parapluie
Un grand parapluie noir
Découpé dans la nuit {2x}

Sans jamais s'émouvoir
Pour cette chauve-souris
Le grand parapluie noir
Sortait de son étui.
Il prenait sous son aile
Soin d'une belle de nuit
Qui, boulevard Saint Marcel
Le nourrissait de pluie

Puis le grand accessoire
Se mit à voyager
Dans son bel habit noir
Son habit noir de jais
Après les palabres
Pour faire un peu d'osier
Un avaleur de sabres
Le mis dans son gosier {2x}

A un acrobate
Servit de balancier
Un vendeur de cravates
Le prit comme associé
Puis il se déplia
Sur une permanente
Puis il se déplia
Car il pleuvait sur Nantes {2x}

Une chauve-souris
Demoiselle de la nuit
Une chauve-souris
Aimait un parapluie

Elle vint chercher l'oubli
Au fond d'un vieux manoir
Où elle mourrait d'ennui
Pendant que le parapluie
Menait au Père-Lachaise
Une vie de bâton de chaise

Un jour de mauvais temps
Un jour de mauvais temps
Un brusque coup de vent
lui mit les pieds devant
On le laissa pour mort
Dans quelque caniveau
On le laissa pour mort
Avec le bec dans l'eau {2x}

En voyant son squelette
Qui faisait sa toilette
Parmi les détritus
Et les denrées foutues
"C'est la chance qui m'sourit !"
Hurla la chauve-souris
"Je le croyais perdu
Le manche est revenu {2x}"

Riant comme une baleine
Pleurant comme une madeleine
Une chauve-souris
Aimait un parapluie
Ils allèrent se dirent oui
Dans l'grenier d'la mairie
Une chauve-souris
Aimait un parapluie {2x}

Parle Moi (Nadita)

Ref.:
Parle-moi de tes guerres
Parle-moi de tes droits
Parle-moi de ce pčre
Qui te bat tant de fois
Parle-moi de tes peurs
Parle-moi je te crois
Parle-moi de ton coeur
Qui se meurt au combat

Blotti sans bruit
Le long du couloir
Lŕ ou la lumičre
Se perd et s'égare
Tu te replis
Perdu dans le noir
Suppliant l'homme
Qui te tue du regard
Parle-moi des journées de pluie
Parle-moi de ce qui fait ta vie
Parle-moi des milliers de cris
Qui hante ton corps et te meurtrit
Parle-moi petit ŕ petit
Parle-moi encore quand tout se dit
Parle-moi un peu je t'en prie
Parle-moi parle-moi parle-moi

Ref.

Parce qu'aujourd'hui au fond de ta chambre
Tu refais le lit de tes mains qui tremblent
Pense que demain quand tu seras grand
Tout peut changer demain peut te surprendre
Tu ne peux pas rester seul ici
Ne jamais abandonner ta vie
Tu ne peux pas t'enfermer dans l'oubli
Pour plus que jamais tu ne supplies

Ref. 2x

yeah yeah .......

Ref.

Dis-Moi Dimanche (Aldebert)

Je me souviens, ça commençait comme ça
D'abord un peu perdu
Par les cloches réveillé
Où suis-je, quelle heure est-il, est-ce qu'on travaille ou pas?
Alors du bout des draps, se laisser retomber...
L'odeur du pain grillé
Se glissant sous la porte
Un soleil arrogant semblant forcer les vitres
Aujourd'hui
Est une journée morte
La moitié déjà consommée
Il va falloir faire vite
Dehors les magasins fermés, ruelles de western
Donnent au quartier des allures de villes fantômes
Une botte de foin qui roule, balayée par le vent
Il manqu'rait plus qu'l'harmonica lancinant

Dis-moi, dimanche
Les deux mains dans les manches
Pourquoi je garde au fond du ventre une boule
Dis-moi, vieille branche
Gardien de mes nuits blanches
Pourquoi ma gorge se noue quand j'éteins l'ampoule

Je me souviens, ça continuait ainsi :
Qu'est-ce que j'ai bien pu faire de cette deuxième chaussette?
En route pour le dominical déjeuner d'un siècle en famille
Un dimanche et les pieds... jusqu'à la tête
Pendant la promenade digestive à chouter dans les feuilles
On l'on déambule tête baissée dans l'ombre du lundi
"Faites coucou à mamie. Restez sur le seuil. On va pas traîner, j'aime pas conduire de nuit!"

Dis-moi, dimanche
Les deux mains dans les manches
Pourquoi je garde au fond du ventre une boule
Dis-moi, vieille branche
Gardien de mes nuits blanches
Pourquoi ma gorge se noue quand j'éteins l'ampoule

Je me souviens, ça finissait comme ça
Le chat en napperon sur le radiateur
Vautré sur la moquette devant le petit écran
Gouter aux dernières secondes
Du week-end qui se meurt
Je garde en mémoire le rituel du film du soir
De mon père qui riait à gorge déployée... Du grand bond de sa chaussure noire :
"Allez mon grand, il est tard, va vite te coucher!"

Dis-moi, dimanche
Les deux mains dans les manches
Pourquoi je garde au fond du ventre une boule
Dis-moi, vieille branche
Gardien de mes nuits blanches
Pourquoi ma gorge se noue quand j'éteins l'ampoule?


by http://zonzon25.skyblog.com

Soleil Inconnu (Blankass)

Il est de tout les pays sombres
Dans tous les livres de demain
De toutes les armées de l ombre
On le connaît mal et si bien

Il est de tous les pays sombres
Et des départements voisins
Il a le regard d une colombe
Dans les yeux une arme de poing

Dans les endroits toujours plus chauds
Dans les prisons rouges ou bien noires
C est toujours par là qu on peut voir
Le soleil inconnu

Gloire, gloire
Au soleil inconnu
Gloire, gloire gloire
Au soleil inconnu
Gloire, gloire
Au soleil inconnu

Celui qu on retrouvera demain
Sur les tee shirts et les photos
Aujourd hui cherche un peu de pain
Aujourd hui va risquer sa peau

On peut toujours se prendre au jeu
Mais garder inscrit dans un coin
Que tous les portraits qu’on accroche
Sont imprimés sur du chagrin

Si on le fusille à l aurore
D autres verront le jour ce soir
On peut quand même apercevoir
Le soleil inconnu

Gloire, gloire
Au soleil inconnu
Gloire, gloire gloire
Au soleil inconnu
Gloire, gloire
Au soleil inconnu

Il est de tous les pays sombres
Et des départements voisins
Il a le regard d une bombe
Dans les yeux d un joli gamin
Malgré l obscurité
Et le visage caché
Il brille autant qu un astre
Regarde le me dire
Rien n est jamais fini

Gloire, gloire
Au soleil inconnu
Gloire, gloire gloire
Au soleil inconnu
Gloire, gloire
Au soleil inconnu

Baldi (Freeman)

Même en étant plein
Y'a toujours moyen de se plaindre,
Geindre avec mes yeux
Des coeurs vont s'éteindre
Hana, rien n'a changé
Mentalité du bled
Rho, nif, respect, fierté
Jamais, j'changerai ma peau
Marron, le daron, là-bas
Moi au milieu des barons
Faut c'qu'il faut la caillasse manque
Intelligent compté, inculte escroqué
Base pays du gaz, on fait
Des fachés sans Butagaz
Sachet, la blanche
Représente ma fierté
Mon peuple se bat tu vois
Jamais on s'est arrêtés
Chez nous, tous les jours des princesses meurent
Se meurent, après l'horreur
Le coeur ne vit plus
Sans parti, patrie, si j'suis parti
C'est pas de ma faute
Certains tahanes acceptent pas leur vie
Trop de monde te fuient
Tu manques, cette encre
Est peu de chose
Je guette mon retour comme
Un gardien devant sa tour close
Quelques proses pour ma famille
Que j'connais pas
Au 20ème siècle, c'est pas admis
C'est pas que j'veux pas
Mais j'peux pas y aller
J'suis pas un zorro
J'dis seulement ce que je ressens
Et pas en solo
C'est la ville, le pays
L'monde qui crie
Et certains, comme moi écrivent
Le bled mon pays
Plus de liberté d'expression
Ya Hassima
Chahal matou alyk Nasse
Ya moussiba
Seule une heure d'avion nous sépare
Seul, sur Notre Dame à l'horizon
Je rêve de te voir en bonne santé
Quelle gloire, pour un pays sans peuple
Déchiré, manipulé pour le blé

Refrain
De là, je pense à toi
Le bled, mon pays
Hassima avec ses treillis
Est-ce là le prix d'une liberté ?
D'une liberté oubliée avec ses tueries
Le bled, c'est pourri

Assis en silence sans cesse
Je ressasse mes souvenirs
Près de ma fenêtre, un reflet
Reflète une ombre sombre
Sur ma feuille banche
Pour toi la blanche
Qui pleure, loin des terreurs
Près de mon coeur la peur se meurt
Quand vient la nuit
Ici, j'écris pour ceux qu'on oublie
Le bled mon pays
Est-ce ça le prix ?
Le prix d'une liberté oubliée
Sous les cris des rescapés
De là mon crayon noir
Fait couler mes pensées
Pour elle, la blanche
Persécutée d'un soir
Au fond de ma mémoire
Se repose l'espoir
Sur des lignes fines, la guigne
Du désespoir
Faut voir, quand elle tient
Dans sa main le destin
Mesquin, mesquina, oh baïda
Mon amour pour toujours
Quand le jour reflète, pourvu que tout s'arrête
Je le souhaite sue mes lettres
Froissées, mon seul voeu guette
Mes versets
Pour ces dames vêtues de blanc
Hantées par les drames
Sous les charmes, loin des armes
J'ai vu les marmes tomber
En silence, sur le seuil en deuil
Couvert de feuilles mortes
Déçues, déchirées
Par une guerre qui continue
Qu'est devenu le respect
Un passé, à force d'y penser
J'ai mal au coeur et mes phrases cessent d'avancer

Refrain

Orange (La Ruda Salska)

Mélangeons !
Métissons !
Unies soient nos cultures.
Pratiquons la raison !
Bénie soit l'ouverture,
Y a tant de cons si ce n'est des prophètes
Aboyant leur opinions nées d'idées toutes faites...
Les pressions, les tensions, les temps sont assez durs
Pour laisser progresser, pavoiser les ordures
Se regarder pisser, préparons le futur !...
L'identité ce n'est pas la caricature.

Mélangeons nos cultures !
Pratiquons l'ouverture !
Mélangeons nos cultures !
Pratiquons l'ouverture !

Combien de temps faudra-t-il
Pour qu'on comprenne que rien n'est ni noir ou ni blanc ?
Je nie tous les extrêmes.
« La mort au tournant ».
Combien de temps faudra-t-il
Pour qu'on comprenne qu'on n'a pas besoin
D'être noir ou blanc
Pour être un con, un imbécile ou un gland ?

Mélangeons nos cultures !
Pratiquons l'ouverture !
Mélangeons nos cultures !
Pratiquons l'ouverture !

Le mondialisme n'a rien pourtant d'un art étrange
Mais tant le nient. Putain de mairie d'Orange !...
Attention ! Innovation !
Attention ! Tradition !
Attention ! Pas de cas de fusion, d'relation, d'intrusion...
A tirer la couverture trop près de soi,
La moisissure naît, c'est la nature qui veut ça !...

Mélangeons nos cultures !
Pratiquons l'ouverture !
Mélangeons nos cultures !
Pratiquons l'ouverture !

Submitted by Tim D


Video


Record Label: Etage Noir Recordings Parov Stelar, is an Austrian musician, producer and DJ. Parov Stelar is the head of Etage Noir Recordings and Etage Noir ...




Mp3, Music, Download, Lyrics, Concerts, Tickets, Live, Video, DVD, Free, Dicography, Mpeg, Buy, Song, Band, Artist, Album, Tracks, Collection, Archive, Events, Search, CD